background img

Pourquoi vivre sur l’île de La Réunion ?

Je ne planifie pas vraiment mes voyages dans les moindres détails, mais à mesure que ma date de départ se rapproche de plus en plus, je suis devenue nerveuse juste avant mon semestre à l’étranger. Quels vêtements portez-vous à La Réunion ? Il y a combien de chaleur ? Comment vous déplacez-vous sur l’île ? Voici 5 idées surprenantes après une semaine de vie insulaire !

La Réunion est (toujours ?) n’est pas une destination connue. Bien que j’ai parlé à de nombreuses personnes de mon semestre à l’étranger, personne ne pouvait me dire ce que c’est que de vivre sur l’île de l’océan Indien à partir d’expériences personnelles. J’ai donc suivi des guides roulants, lu des témoignages en ligne et je me suis informé des pays qui se trouvent au moins à proximité. Au final, j’ai juste dû être surpris.

Lire également : Vacances aux Seychelles : que mettre dans la valise ?

Ce que j’ai appris jusqu’ici :

  1. La Réunion n’est pas une destination bien connue. Oui, malgré le manque d’options de préparation, j’ai été surpris. Il n’y a pratiquement pas d’hôtels, peu de touristes et pas de boutiques de souvenirs. Je vis dans la capitale de l’île, et il n’y a pas de boutiques de souvenirs. Alors qui attend une carte postale de ma part : Désolé, je suis toujours à la recherche !
  2. Vous partagez. Les gens ici sont incroyablement gentils, les salutations tout le temps, vous recevez de la nourriture des colocataires et des propriétaires tout le temps, et après avoir fait du shopping, les autres demandent s’ils ne devraient pas vous conduire à la maison (ne vous inquiétez pas maman, je ne vais pas monter dans les voitures de quelqu’un d’autre !). Cependant, nous vivons ici sur une île tropicale, ce qui signifie que vous partagez également avec de nombreux insectes et animaux. Mes nouveaux ennemis personnels sont des fourmis : Depuis qu’elles m’ont volé un pain frais entier il y a quelques jours, j’ai stocké toutes sortes de produits de boulangerie dans des canettes tupper. Dans le frigo.
  3. Les journées sont très courtes.

    Alors que nous vivons si près de l’équateur, le soleil se couche très tôt et très rapidement. En ce moment, en hiver, le coucher du soleil commence vers 18 heures et dure environ 15 minutes. En été (à partir de décembre), le tout est déplacé d’une heure maximum. Par conséquent, la journée des insulaires se termine très tôt ; dès qu’il fait nuit, moins de gens sont dans la rue, la plupart disparaissent chez eux et le dernier bus part vers 20h20.

  4. Si vous n’avez pas de voiture, j’espère que vous aimerez la randonnée. Il y a plusieurs bus sur l’île. (que je n’ai finalement pas à payer depuis hier parce que j’ai mon billet étudiant, oui !). Il existe des systèmes de bus propres dans les villes et la voiture jaune fait des allers-retours entre les villes pour seulement 2€ par trajet. Cependant, comme nous l’avons déjà mentionné, les bus ne circulent pas très longtemps et peu souvent. Ces derniers jours, j’ai fait des randonnées de 30 à 60 minutes entre université et amis, supermarché et maison. Peut-être qu’un vélo serait une option si elle n’était pas si vallonnée ici ? Les habitants font confiance à leurs voitures de toute façon. Chaque résident de l’île possède en moyenne 1,5 voiture. Si vous devez aligner toutes les voitures d’affilée, vous pourriez faire le tour de l’île trois fois. Cela est dit pour que tout le monde puisse imaginer les embouteillages dans les rues ici.
  5. Je n’ai pas assez de vêtements avec moi. J’ai vraiment trop emballé deux pantalons longs avec mes deux pantalons longs. C’est l’hiver sur l’île, mais quiconque est aussi allemand que moi ne gèle pas à 24 degrés tropicaux, contrairement aux habitants, que l’on voit en partie avec un chapeau et une veste. Il devient plus frais le soir, mais un pull suffit. Mais ce qui me manque maintenant, ce sont des vêtements courts. Je ne fais pas beaucoup de shopping en Allemagne non plus, mais les achats ici sont trop peu pour moi. Il n’y a pas de centre commercial, et encore moins de centres commerciaux. Je n’ai vu que quelques magasins vendre collectivement des vêtements individuels de différentes marques — un peu comme faire des achats chez un détaillant en ligne, mais beaucoup moins de choix. En plus des fruits et légumes, il y a des vêtements sur le marché hebdomadaire, et ils sont aussi colorés et colorés que l’île elle-même.

Catégories de l'article :
Océan Indien