background img

Quelle est la capitale économique de la Chine ?

Le 19 mars, le Conseil fédéral a présenté pour la première fois une stratégie chinoise. Compte tenu de l’évolution rapide des derniers jours, les auteurs de la stratégie peuvent être quelque peu désolés pour vous. La situation initiale s’est encore considérablement intensifiée en raison des turbulences entre la Chine et l’UE.

A lire également : Quel répulsif contre les moustiques pour le Cambodge ?

En parlant du point de départ : Il s’agit de la troisième partie d’une série de textes. Dans la première partie, vous trouverez les hypothèses qui sous-tendent cette analyse, et la deuxième partie décrit l’approche européenne de la politique chinoise.

Analyse minutieuse

Je ne résumerai pas ici tout le contenu de la stratégie chinoise, mais je me limiterai à quelques points. Vous pouvez lire la brochure intéressante et courte ici.

A lire aussi : Hong Kong est-il une ville ?

La stratégie chinoise décrit bien la politique étrangère et la situation économique étrangère de la Chine par rapport à la Suisse. Elle n’a pas peur de mentionner de façon critique la situation des droits de l’homme au Xinjiang et la soi-disant « loi sur la sécurité » à Hong Kong.

La stratégie chinoise décrit également comment le régime chinois s’est de plus en plus impliqué lui-même et ses intérêts dans le système multilatéral ces dernières années. C’est ainsi que le régime chinois s’engage à restreindre l’accès des acteurs de la société civile aux organisations internationales.

En ce qui concerne l’influence chinoise sur l’ordre international, le ministère suisse des Affaires étrangères (DFAE) écrit : « L’augmentation du pouvoir de la Chine et son soutien solide à ses propres intérêts renforcent les tendances à la fragmentation de l’ordre international. »

En outre, le régime chinois s’efforce de « réinterpréter les droits de l’homme au sens chinois » dans le discours international. Un regard sur le Xinjiang montre ce que cela signifie.

La politique chinoise de l’UE va également analysé correctement. Le DFAE écrit : « En association, les États européens auraient le poids nécessaire pour défendre les valeurs et les intérêts européens sur la scène mondiale. Cependant, différentes positions nationales font souvent obstacle à une politique étrangère commune de l’UE efficace. »

Stratégie conflictuelle

Compte tenu surtout de la bonne analyse, la stratégie de la stratégie de la Chine suisse déçoit.

La stratégie chinoise énumère trois principes de coopération entre la Suisse et la Chine :

  1. Le Conseil fédéral poursuit une stratégie chinoise indépendante.
  2. Le Conseil fédéral s’est engagé à intégrer la Chine dans l’ordre international libéral.
  3. Le Conseil fédéral s’est engagé à adopter une politique chinoise cohérente dans toute la Suisse.

Je voudrais aborder avant tout les points 1 et 2. Parce qu’ils sont remis en question par la stratégie elle-même.

indépendant inefficace

La stratégie chinoise justifie son principe d’indépendance sur le rôle particulier de la Suisse en tant que pays neutre. Vous pouvez discuter du sens et du non-sens de la neutralité. Mais en insistant sur l’indépendance, la stratégie de la Chine suisse se condamne à l’inefficacité. La stratégie l’admet indirectement en qualifiant la politique de la Chine européenne d’inefficacité parce que les États européens agissent trop souvent à l’échelle nationale plutôt qu’européenne.

Suivant la stratégie de l’UE en trois volets, la Suisse entretient également des relations largement diversifiées avec la Chine. Les entreprises et les droits de l’homme ne devraient pas s’y mettre en travers si possible. Cela se justifie comme suit : « Le détournement de la Suisse de la Chine n’aurait pas d’effet positif sur le développement intérieur de la Chine, mais nuirait aux intérêts de la Suisse et comble les incertitudes concernant notre positionnement en politique étrangère. »

La déclaration est vraie, au moins à court terme. Mais ce n’est vrai que parce que vous insistez sur le principe de l’indépendance. Tous les pays européens n’ont pas beaucoup d’influence sur la Chine. L’Europe dans son ensemble est susceptible d’avoir un effet de levier. On peut objecter que les États de l’UE ne se coordonnent pas bien non plus, et cette objection n’est pas claire malgré les améliorations apportées récemment. La politique étrangère suisse doit décider elle-même si elle veut faire partie du problème.

Le libre-échange et un monologue des droits de l’homme

L’insistance sur l’indépendance offre une raison — on peut également appeler cela une excuse — pour séparer les intérêts économiques des questions relatives aux droits de l’homme.

Le soi-disant dialogue sur les droits de l’homme entre la Suisse et la Chine reste pour les questions relatives aux droits humains. Où la Chine entretient ce dialogue en 2018 après que la Suisse s’est jointe à une manifestation internationale contre les conditions au Xinjiang. De facto, le seul instrument des droits de l’homme de la stratégie suisse pour la Chine est le monologue des droits de l’homme.

Pourquoi l’inclure ?

Le deuxième principe est l’intégration de la Chine dans l’ordre international libéral. Dans la stratégie chinoise, on ne sait toujours pas quelles hypothèses ce principe est tiré.

Dans son analyse, la stratégie chinoise confirme que le régime chinois utilise son influence dans les organisations internationales pour lier la société civile et appliquer sa propre définition des droits de l’homme dans le discours international. Le DFAE note même que l’augmentation du pouvoir de la Chine est à l’origine de la fragmentation de l’ordre international. Considérant que le régime chinois a augmenté son pouvoir à ce jour pour atteindre une part importante de son intégration dans l’ordre international , est plus susceptible de dénoncer une plus grande implication de la Chine dans l’ordre libéral international.

Il semble que le Conseil fédéral n’enraie pas ce principe d’intégration à son analyse chinoise. Le principe est traité comme une question de toute évidence. Dans la stratégie chinoise, cette évidence est poussée dans un passage qui aborde la possibilité d’un blocage global dans deux systèmes économiques et de valeurs différents : « Un tel blocage au détriment des solutions multilatérales produirait beaucoup plus de perdants que de gagnants. »

Quel ordre international ?

Cette affirmation n’est pas justifiée davantage. Il serait intéressant de savoir quels deux scénarios sont comparés ici. Le DFAE compare-t-il le blocage potentiel futur avec l’ordre international actuel ? Ou est-ce qu’elle compare le scénario de construction de blocs à un scénario où Chinois le régime adhère soudainement aux normes de l’ordre libéral ? Les deux seraient irréalistes.

La comparaison la plus sensée serait celle entre le scénario de construction de blocs et le scénario d’un ordre international, car il évoluerait sous l’influence plus forte du régime chinois. Selon le DFAE, il s’agit d’un ordre qui a moins d’influence sur la société civile et une compréhension plus « chinoise » des droits de l’homme. Par rapport à un tel ordre international, une sorte de blockbuilding d’États démocratiques conforme au régime chinois pourrait mieux correspondre aux valeurs et aux intérêts de la Suisse. Peut-être qu’une partie de l’ordre international libéral ne peut être sauvée qu’en le délimitant du régime chinois. À tout le moins, le DFAE et le Conseil fédéral devraient réaliser et dévoiler cet équilibre.

Il convient d’ajouter ici que l’UE s’est également engagée à intégrer la Chine dans ses communications dans le rend l’ordre international libéral fort. La préférence pour le multilatéralisme est répandue dans toute l’Europe. Mais l’ordre international libéral que ces États ont appris et apprécié est un ordre international dans les conditions de l’hégémonie américaine.

désorienté

Dans l’ ensemble, la stratégie chinoise échoue parce qu’elle ne traite pas des questions désagréables. La Suisse veut-elle renforcer la participation du régime chinois ou un ordre libéral ? La Suisse veut-elle une politique chinoise indépendante ou efficace ?

Étant donné que ces questions sont abordées, la stratégie chinoise ne fournit pas non plus d’orientation si la politique du régime chinois s’intensifie davantage. Mais c’est ce qui arrive.

Après la publication de la stratégie chinoise, l’ambassadeur chinois en Suisse s’est plaint de prétendues « fausses nouvelles », « mensonges » et « calomnie » dans la stratégie suisse pour la Chine. Dans le même temps, le régime chinois réagissait presque hystériquement aux sanctions que l’UE, avec les États-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne, avaient saisies contre quatre responsables chinois. La coalition occidentale a voulu mettre un signe contre la persécution de la minorité ouïghour au Xinjiang.

La Suisse n’a pas encore été impliquée dans les sanctions, bien que certains politiciens suisses l’exigent. La stratégie chinoise dit : « En cas de doute, c’est la liberté. »

En tant qu’observateur, vous vous demandez : quand commence le doute ?

PS : Si vous êtes humain, laissez ce champ vide : L’un des détails de la stratégie chinoise est l’objectif de la Suisse de se positionner comme un « pays de voyage durable » en Chine. Comment cela devrait-il être possible lorsque vous ne pouvez commencer le voyage qu’à mi-chemin dans le monde, la stratégie chinoise nous garde malheureusement devant vous.

PPS :La Suisse se positionne comme un pays de voyage durable en Chine. Arrivée à pied ou à vélo. Source : Stratégie chinoise, p. 25. https://www.eda.admin.ch/dam/eda/de/documents/publications/SchweizerischeAussenpolitik/Strategie_China_210319_DE.pdf Les développements n’indiquent pas l’ « intégrationabilité » du régime chinois. Une construction de blocs plus forte émerge, ainsi qu’une Europe qui apprend la politique du pouvoir. Qu’est-ce que cela signifie pour la politique dans les années à venir ? J’aborde cette question dans la quatrième partie de la série China.

Catégories de l'article :
Asie
Show Buttons
Hide Buttons