background img

Le Village de Vals

Petit village, grands projets. Selon la volonté de l’investisseur immobilier Remos Stoffel, le plus haut hôtel du monde doit être construit à Vals (GR). Avec une hauteur de 381 mètres sur une empreinte de 18 x 31 mètres, le bâtiment ressemble à une fine aiguille miroir qui s’élève entre les chaînes de montagnes environnantes sur les visualisations précédemment disponibles.

Remo Stoffel est né à Vals lui-même. Il a repris la succession de la faillite de l’immobilier Swissair il y a des années et a ainsi fait un actif considérable. Sa société Priora AG est aujourd’hui l’une des plus grandes sociétés immobilières et de construction en Suisse. Les dessins proviennent de l’architecte américain Thom Mayne et de son bureau Morphosis. Si l’hôtel ouvre comme prévu en 2019, il serait 26 mètres de plus que le JW Marriott Marquis, actuellement détenteur du record à Dubaï.

A lire aussi : Pourquoi les protestants ne croient-ils pas en Marie ?

Au fait, la connexion à Dubaï n’est pas par hasard. Stoffel y offre également ses services et a être infecté par les superlatifs du petit mais riche État du Golfe. Les visions du cheikh Mahomet au pouvoir étaient également fortement doutées au début, déclare Stoffe, aujourd’hui 12 millions de touristes viennent dans le pays chaque année — et la tendance est à la hausse. Pour la réalisation du projet, il a fondé sa propre entreprise avec Pius Truffer, propriétaire de carrière locale, qui est le code postal de Vals 7132 Ltd. 7132.

Huit cabinets d’architectes de renommée mondiale ont participé à l’appel à propositions pour le projet l’année dernière. Le design gagnant de Thom Mayne prévoit 82 étages pour 107 suites, un restaurant et un skybar. De plus, il y a un cantilever pour un espace spa, un bar et un café, ainsi qu’un podium pour relier la façade vitrée complète, selon Morphosis assurer la plus grande proximité possible des clients avec la nature environnante.

A lire également : Pourquoi aller en Martinique ?

Basé sur une sculpture d’Alberto Giacometti, la « Femme de Venise », également très longue et fine, l’hôtel serait nommé « Femme de Vals ». Il serait architecturalement en bonne compagnie. Tout d’abord, le célèbre spa thermal de Peter Zumthor est situé à proximité ; deuxièmement, un grand parc sera construit à Vals à partir de 2017 sur une superficie de 35 000 mètres carrés sur la base d’un concept de l’architecte japonais Tadao Ando. Le village de Vals pourrait se vanter d’assembler trois projets réalisés par des constructeurs dans une vallée, qui ont tous reçu le prix Pritzker, l’un des prix architecturaux les plus prestigieux de tous les temps.

Remo Stoffel et sa 7132 Ltd. ont des Super riche. Parce qu’une nuit coûtera probablement quelques milliers de francs. Lors de la présentation du projet de construction, Stoffel a déclaré à Zurich que l’hôtel de Vals pourrait à la fois servir de vacances luxueuses en Suisse et servir de point de départ ou d’escale pour les voyageurs d’affaires et les vacanciers du monde entier souhaitant visiter d’autres destinations en Europe. La clientèle ciblée préférerait probablement arriver en hélicoptère, de sorte qu’un héliport devrait également être créé dans un canyon voisin.

Le Megabau appelle, comme aucun autre moyen de s’y attendre, outre les défenseurs, toute une série de critiques sur la scène. Il y a surtout des doutes quant aux plans de financement présentés par Stoffel. Il aurait voulu lever 300 millions de francs sur les fonds propres de sa société immobilière Priora et sans financement bancaire. Cependant, les experts estiment que la tour et le parc de l’hôtel valent au moins 400 millions de dollars. va battre. Les passifs fiscaux massifs de Stoffel sont également discutés. Selon un arrêt du Tribunal pénal fédéral suisse, il peut y avoir des réclamations supplémentaires pour l’entrepreneur d’un montant de 151 millions de francs. Stoffel rejette les allégations et souligne expressément qu’il a déjà investi 50 millions dans des achats de terrains, entre autres choses.

Mais le gigantisme architectural suscille également des critiques. On parle d’une distorsion de la vallée de Vals par le gratte-ciel prévu, voire d’un « viol » de la petite ville. La tour contribue à l’urbanisation des Alpes et n’a rien à voir avec la durabilité et le tourisme alpin. Stoffel, quant à lui, pense que l’altitude n’est pratiquement rien comparée aux montagnes de Vals. Et avant la construction des bains thermaux désormais connus, 90 % des Vals s’y opposaient également.

Les experts s’inquiètent également de savoir si le projet peut connaître un succès économique. Outre le spa thermal, il n’y a pas d’attractions à Vals et dans les environs, comme un vaste centre de bien-être. Vals est un village de 1000 âmes, pas une ville. La question de savoir si le concept d’offre du projet est suffisant pour attirer suffisamment de clients est très incertaine. La question de la sécurité n’a pas non plus été résolue, par exemple en cas d’incendie ou de tremblement de terre. Dans ce cas, les réglementations légales pourraient faire en sorte que l’investisseur puisse se prévaloir du projet de loi.

Cependant, les habitants de Vals auront le dernier mot, qui jusqu’ici ont eu plus de chances de réagir avec attente. D’une part, vous êtes à la recherche d’investisseurs capables de faire avancer l’emplacement et de continuer à financer le spa thermal et le complexe hôtelier adjacent. À cet égard, les gens étaient prêts à se moderniser. Mais ils ont également été surpris par la hauteur de la tour.

Catégories de l'article :
Caraïbes
Show Buttons
Hide Buttons